Bialowieza, un sanctuaire unique en Europe

Choses promises, choses dues. Voici l’article que j’ai eu le plaisir d’écrire pour le magazine franco-allemand Paris-Berlin qui consacrait son numéro doublement spécial – puisque le 100e et le numéro double juillet-août 2014 – à la Pologne. Ma modeste contribution à ce numéro passionnant pour qui s’intéresse au Triangle franco-polonais-allemand et fort complet puisqu’il aborde les questions politiques bien sûr, économiques évidemment mais aussi la question des migrations d’hier et d’aujourd’hui et fait découvrir au lecteur quelques « coins » de Pologne – dont Bialowieza donc, la dernière forêt primaire d’Europe, aux confins est de la Pologne. Pour consulter et acheter ce numéro de grande qualité, rendez-vous sur le site du magazine : www.parisberlinmag.com.

Aux confins de la Pologne, au bout du bout de l’Union européenne, le village de Bialowieza a bien des trésors à offrir pour qui se donne la peine de venir jusqu’ici : la richesse de la faune et la diversité de la flore de sa forêt primaire – la dernière d’Europe.

Le temps semble comme suspendu dans ce petit village de 2 000 âmes, loin du rythme des grandes villes, oublié des politiciens et des concepteurs d’infrastructures. Aux confins est de la Pologne, à 2 kilomètres à peine de la frontière avec la Biélorussie, on n’arrive pas ici par hasard. Pas d’autoroute, pas de train. Juste une petite route locale.

Et pourtant la notoriété de cette petite bourgade est sans pareille en Pologne. Jadis excursion obligatoire pour les élèves du pays, elle fait encore aujourd’hui la fierté de ses habitants qui ont à cœur de souligner que de tout temps les rois, puis les tsars, ont apprécié la beauté des lieux et la richesse de la faune. Du XIVe au XIXe siècle, la forêt de Bialowieza fut le lieu de chasse favori des têtes couronnées. À ce titre elle fut protégée de l’activité de l’homme. C’est sans doute à cet égoïste monopole que l’on doit aujourd’hui ces 150 000 hectares de forêt primaire, à cheval entre la Pologne et la Biélorussie – tout ce qui reste de la forêt qui recouvrait les plaines du nord et du centre de l’Europe après la dernière période glaciaire et de la forêt hercynienne qui lui a succédé jusqu’au début de l’ère chrétienne.

L'entrée du parc Palacowy annonce aussi celle du parc national de Bialowieza (copyright VL)

L’entrée du parc Palacowy annonce aussi celle du parc national de Bialowieza (copyright VL)

Totalement protégés de l’activité de l’homme, les 10 500 hectares qui constituent le Parc National de Bialowieza – premier parc national de Pologne, inauguré en 1932, inscrit au Patrimoine mondial de l’Humanité depuis 1979 –, le sont encore aujourd’hui. On n’y pénètre qu’accompagné d’un guide. L’homme n’a aucun impact sur le lent et inexorable travail de la nature. Ici un tronc d’arbre, couché depuis 1978, se fait lentement grignoté par les résidants des lieux, pendant que de jeunes pousses de tilleuls prennent racine dans cette carcasse fertile. Cette nature que l’on pourrait penser immobile grouille de vie, évolue en permanence dans un écosystème bien organisé. Au détour d’un chemin, des stries sur le sol montrent la présence d’un loup soucieux de marquer son territoire. “Des traces de cette nuit”, précise Lucja, notre guide. Un peu plus loin un arbre tombé la veille en travers du sentier contraint les randonneurs à marcher sur l’épais tapis humide du sous-bois – “jusqu’à ce que les gardes-forestiers viennent couper le tronc et dégager le chemin. C’est tout ce que nous nous autorisons à faire dans la réserve. Mais les troncs restent à l’intérieur. Rien ne sort d’ici”, précise encore notre guide.

Hors les limites de la réserve, les touristes peuvent profiter librement des centaines de kilomètres de sentiers pédestres, équestres, cyclables et, ouverts récemment, de marche nordique, comme autant d’occasions d’explorer la richesse de la nature environnante et de se laisser pénétrer par la quiétude ressourçante des lieux.

Le village le plus savant de Pologne

Derrière cette façade de bourgade paisible et ses petites maisons traditionnelles en bois comme autant d’héritages d’une autre époque, se cache une concentration de scientifiques hors du commun – ce qui vaut à Bialowieza la réputation du village le plus savant de Pologne. Résidant à l’année ou venant des quatre coins du monde, les chercheurs se passionnent pour la biodiversité exceptionnelle de la forêt primaire. Pas moins de 10 000 espèces animales vivent dans cet environnement unique en Europe – dont 56 espèces de mammifères, 249 d’oiseaux et 8 500 espèces d’insectes.

Les amateurs et professionnels s’intéressent bien entendu également à la flore. 4 800 espèces végétales cohabitent sur les 62 500 hectares de la forêt polonaise. Les habitants sont particulièrement fiers des tilleuls et des chênes plusieurs fois centenaires. Le Sentier des chênes royaux en témoigne et rend hommage au feuillu. On loue ici plus que tout sa force, sa majestuosité et bien sûr sa longévité. Le sentier tracé au milieu de la forêt compte 24 chênes surnommés du nom des souverains de Pologne ou de Lituanie qui vinrent chasser en leur temps sur ces terres déjà généreuses.

Le bison : le roi de la forêt aujourd’hui 

Aujourd’hui, l’incontestable roi de la forêt est bel et bien le bison d’Europe. 500 animaux vivent ici en liberté – un tiers de la population des bisons de Pologne et près d’un huitième de la population mondiale. C’est surtout pour le plus grand mammifère d’Europe que près de 130 000 touristes viennent chaque année à Bialowieza. Si chaque saison a son charme, c’est en hiver que l’on a le plus de chance de voir l’imposant bovin dans son habitat naturel. Mais même alors, les résidants de la forêt primaire ne s’exhibent pas si facilement aux premiers venus. Il faut se lever tôt, s’armer de patience, se promener silencieusement et guetter, parfois des heures durant, avant d’avoir – peut-être – la chance d’apercevoir des bisons, des sangliers, un cerf, un loup, une grue ou encore des castors dans les rivières omniprésentes. Si les touristes peuvent circuler librement dans la forêt (en dehors de la Réserve stricte), partir avec un guide est une belle façon d’augmenter ses chances de succès. Mais c’est aussi le moyen de rencontrer un fier habitant de la région, amoureux de sa nature, avide de partager sa connaissance de la forêt et de ses résidants, et de raconter ses anecdotes de sorties.

Et si les bisons se font trop timides, la Réserve d’exposition des bisons accueille en captivité, une famille de bisons, un couple de loups, un lynx, des sangliers, des cerfs, les derniers zubrons (hybrides entre un bovin domestique et un bison d’Europe) ou encore des chevaux de la race polonaise tarpan.

Il arrive que ce soit les seuls animaux que les touristes voient pendant leur séjour dans ces confins orientaux de la Pologne, au bout du bout de l’Union européenne. Mais ils ne repartent jamais frustrés de Bialowieza car ces heures passées au milieu de la nature, à lui prêter toutes les attentions, au son des chants d’oiseaux, ont certainement quelque chose de magique !

Consulter l’article en format PDF en français : article Paris-Berlin nr 100 – français

Consulter l’article en format PDF en allemand : article Paris-Berlin nr 100 – allemand

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Demain, 14 juillet, sortie du livre « Klucz Francuski »

Le réalisateur Loic Gatteau (Polafilms), la journaliste Joanna Nojszewska, auteur du livre Klucz francuski et Virginie Little, interviewée pour le livre - lors de la fête française le 13 juillet dans le quartier de Saska Kepa à Varsovie

Le réalisateur Loic Gatteau (Polafilms), la journaliste Joanna Nojszewska, auteur du livre Klucz francuski et Virginie Little, interviewée pour le livre – lors de la fête française le 13 juillet 2014 à Varsovie

Aujourd’hui lors de la fête de la France (Swieto Francji) organisée par la CCIFP (Chambre de commerce française en Pologne) à l’occasion de la fête nationale française, les éditions Czarno na białym organisaient une rencontre et séance de dédicaces avec Joanna Nojszewska, l’auteur du livre « Klucz francuski », un recueil de 13 entretiens menés avec des Français vivant en Pologne (Stéphane Wlodarczyk, et moi-même) et des Polonais francophiles et/ou francophones (Paulina Plizga, Paulina Mlynarska, Joanna Bojanczyk, Justyna Bacz, Dorota Wiaderek, Janina Wiatrowska, Andrzej Chyra, Andrzej Seweryn, Maciej Zien, Marek Bienczyk, Rafael Lewandowski).
J’ai eu l’honneur et le plaisir de faire partie des deux Français interviewés pour le livre, pour témoigner de mon expérience polonaise que je suis toujours ravie de partager et dont je ne taris jamais d’éloges !

Je vous en dis très vite plus ici même.  À bientôt !

Publié dans Communauté : nous, vous, ils, Po polsku, Uncategorized | Laisser un commentaire

Fêtes nationales estivales

Le mois de juillet est riche en mondanités et en fêtes nationales pour qui s’intéresse à la communauté internationale. Et chaque célébration laisse entrevoir les caractéristiques des différentes cultures et surtout la présence desdites communautés en Pologne.

Il y a la fête plus conventionnelle – mais non moins chaleureuse – réservée aux invités de l’ambassade et consulat du Canada le 1er juillet. Il y a le BBQ géant organisé par la Chambre de commerce américaine pour le 4 juillet, très « casual » et très très « kid-friendly« .  Il y a la magnifique fête belge – éternelle démonstration de la collaboration des communautés de Belgique – toujours élégante, en musique et fort plaisante, à l’image du sympathique peuple belge. Il y a la succulente et très diplomatique fête du Maroc pour les heureux invités du 30 juillet qui ne sont pas partis en vacances.

Affiche de la Fête de la France 2014, organisée par la CCIFP, le 13 juillet à Saska Kepa à Varsovie

Affiche de la Fête de la France 2014, organisée par la CCIFP, le 13 juillet à Saska Kepa à Varsovie

Et puis il y a la France avec une garden party organisé par l’ambassadeur – bien sûr réservée aux happy few –, son bal dit populaire du 14 juillet – en tout cas ouvert à tous sous réserve de s’être acquitté du prix d’entrée – organisé par la Chambre de commerce française en Pologne (CCIFP) au très majestueux palais Zamoyski de la rue Foksal (voir post sur ma page FB : https://www.facebook.com/pages/Virginie-Little-Virginie-en-Pologne/317627315079757) et depuis 3 années, la Journée de la Française qui s’installe rue Francuska à Saska Kepa à Varsovie. À partir de 12h, la rue Francuska et le parc Skaryszewski proposeront différents stands pour promouvoir la France, la langue française et les entreprises de l’Hexagone installées en Pologne.

La CCIFP vous dit tout sur son site : http://ccifp.pl/event/fête-de-la-france-sur-francuska-à-varsovie/?lang=fr et sur Facebook : https://www.facebook.com/events/1426030101014110/

Je ne pourrais pas parler des nombreuses autres fêtes nationales célébrées en juillet – heureux hasard du calendrier, cela fait des fêtes autrement plus agréables qu’en novembre ! – mais pour notre culture générale à tous, je partage avec vous ces dates tellement importantes dans l’histoire et la culture de chaque pays :
- le Burundi, la Somalie et le Rwanda le 1er juillet ;
- les Îles Caïmans le 1er lundi de juillet ;
- la Biélorussie le 3 juillet ;
- l’Algérie, le Cap Vert, le Venezuela et les Îles de Man le 5 juillet ;
- les Comores et le Malawi le 6 juillet ;
- le Népal et les Îles Salomon le 7 juillet ;
- les Palaos et le Soudan du Sud le 9 juillet ;
- la Mongolie le 11 juillet ;
- les Kiribati et Sao Tomé-et-Principe le 12 juillet ;
- le Monténégro le 13 juillet ;
- la Colombie le 20 juillet ;
- Guam le 21 juillet ;
- l’Abkhazie et l’Égypte le 23 juillet ;
- Porto Rico le 25 juillet ;
- le Libéria et les Maldives le 26 juillet ;
- Vanuatu le 30 juillet.

Publié dans Communauté : nous, vous, ils, Coups de coeur, Uncategorized | Laisser un commentaire

Bialowieza : à la frontière de l’au-delà

Si je ne puis vous livrer, pour le moment*, ici le modeste reportage intitulé « Bialowieza, un sanctuaire unique en Europe » que j’ai eu le bonheur d’écrire sur le village de Bialowieza et sa forêt primaire pour le magazine Paris-Berlin (http://www.parisberlinmag.com/le-magazine, voir post précédent), j’ai eu envie de partager avec vous, cher lecteur, l’état d’esprit dans lequel je me trouve lorsque je séjourne dans cette petite bourgade frontalière avec la Biélorussie. Ambiance…

Les régions frontalières ont quelque chose de fascinant. On est ici et déjà ailleurs. Les repères deviennent flous. On perçoit déjà l’influence de la culture de l’autre. La langue n’est pas tout à fait la même, l’accent est particulier, la gastronomie a emprunté des ingrédients et même des plats au voisin, les traditions sont d’ici et un peu de là-bas aussi. De part et d’autre de la frontière on se retrouve dans une sorte de « no-one’s culture land ». Pas une culture nationale à l’est et à l’ouest de la frontière. Non, une culture métissée, unique, sur une bande de 100 km à cheval sur une ligne que les hommes ont tracée, bon gré mal gré, il y a 150 ou 60 ans, comme pour se séparer.

La région de Podlachie et sa forêt primaire à Bialowieza, aux confins est de la Pologne, n’est pas une frontière. C’est un sas. Un sas vers l’au-delà. Au-delà, ce n’est plus la Pologne. Certains disent même : « Au-delà ce n’est plus l’Europe ». Au-delà, c’est l’inconnue Russie blanche. Au-delà, on parle une autre langue, les rails sont plus étroits, les croix sont autres, le régime politique est… différent. Au-delà, il faut montrer patte blanche et accessoirement un visa. Pour y accéder, il faut attendre des heures incertaines à un poste frontière on-ne-sait-quoi ou je-ne-sais-qui qui donnera le sésame pour franchir la barrière, pour passer de l’autre côté.

Pour arriver à l’est de l’est, dans le petit village de Bialowieza, pas d’autoroute, pas de train. 236 kilomètres depuis la capitale Varsovie. Trois heures et demi de petites routes, régionales parfois, communales souvent. Même le GPS ne sait plus trop où il est, ni comment nous guider.

Eglise orthodoxe dans la région de Podlachie (copyright VL)

Eglise orthodoxe dans la voïévodie de Podlachie (copyright VL)

Au fil des kilomètres, des bulbes poussent sur les églises, les croix mutent. Petit à petit l’architecture des maisons se transforme pour laisser place à de charmantes petites demeures en bois foncé, semblant tout droit sorties de contes de fées qu’on imagine volontiers fréquentés par des babouchki aux robes colorées et aux foulards surannés.

Les villages pittoresques défilent les uns après les autres. Le temps semble s’y être arrêté et nous invite à faire de même. On ne peut s’empêcher de se demander ce que les habitants font, de quoi ils vivent – alors que de toute évidence, la pauvreté n’est pas maîtresse en ces lieux.

Maison en bois typique de la région de l'est de la Pologne (copyright VL)

Maison en bois typique de l’est de la Pologne (copyright VL)

Les maisons sont modestes mais soignées, à l’image des villages fiers de présenter leur histoire et surtout leur patrimoine naturel sur des panneaux en bois décorés le long de la rue principale. On croise peu de gens. Le dimanche, ils vont à la messe. Le dimanche, les magasins sont fermés. Le dimanche, les gens se rencontrent les uns chez les autres. Cette quiétude est envahissante. Elle n’ennuie pas. Elle est photogénique. On voudrait tout prendre en photo : les maisons, les églises, les petits cimetières, les maigres troupeaux, les cigognes et leurs nids géants, la nature paisible, apaisée et apaisante.

On se sent si bien ici dans cette atmosphère qui nous est étrangère. On voudrait tout prendre en photo. Pour ne rien oublier. Pour ne pas en perdre une miette. Pour ramener de ce bien-être chez nous, dans notre grande ville qui grouille de gens, qui grouille d’activité, qui grouille de bruits. Pour le montrer à nos amis. Mais est-ce que ça se montre le bien-être ? Est-ce que ça se partage sur écran de téléphone la quiétude ?

Quand on arrive à Bialowieza par la seule route qui y mène – celle de Hajnowka, encore un nom sorti de contes de fées fréquentés par des babouchki aux robes colorées et aux foulards surannés –, on est happé par l’atmosphère unique de cette bourgade de 2 000 habitants. Ni les 130 000 touristes qui viennent chaque année (re)découvrir la beauté de sa forêt primaire et espérer apercevoir le roi des lieux : le bison d’Europe, ni les expéditions de scientifiques venant, des quatre coins de la planète, étudier la diversité de la faune et la richesse de la flore locales ne perturbent la vie de Bialowieza.

Entrée du Parc du Palais  (park Palacowy)

Entrée du Parc du Palais (Park Palacowy)

Ici ce sont les visiteurs qui s’adaptent au rythme local. Qui se mettent au pas. Au pas de randonneurs. Ici, la 3G est défaillante et le wifi n’est pas le meilleur ami de l’homme. Ici, on se lève au milieu de la nuit pour aller contempler la nature, des heures durant, par tous les temps, à chaque saison. Ici, les habitants connaissent le nom des oiseaux aussi bien que celui des champignons. Ici, on loue la force des chênes et la longévité des tilleuls. Ici, on vénère Dame nature et on respecte son écosystème. Ici, les gens sont ouverts, « comme les portes de leur maison » disent-ils. Ici on aime à communier avec la nature et avec les hommes. Et quand vient l’heure de partir, on comprend que ce que Bialowieza a de plus précieux à offrir aux touristes qui se sont donnés la peine de venir jusqu’ici, ce n’est pas une rencontre avec ces majestueux bovins dans leur milieu naturel.

Le village de Bialowieza a quelque chose de fascinant. On est ici et déjà ailleurs. Presque plus dans l’Union européenne. Déjà hors du temps.

* Un peu de patience, je publierai au mois d’août ici même mon reportage paru dans le numéro 100 du magazine Paris-Berlin. 

MES COUPS DE CŒURS 

* SUR PLACE :

Le Parc du palais du tsar dont il ne subsiste que le manoir du gouverneur (1845). Le site accueille le Musée du Parc national de Bialowieza, www.bpn.com.pl.

La Réserve stricte accessible uniquement accompagné d’un guide licencié.

La Réserve d’exposition des bisons, www.bialowieza-info.eu.

Le chemin des chênes royaux (Szlak dębów królewskich), http://www.bialowieza-info.eu/pl/deby.php. Un sentier améné d’un kilomètre au milieu de la forêt, où des chênes centenaires portent les noms des souverains polonais et lituaniens qui venaient, jadis,  chasser sur ces terres.

L’église orthodoxe Saint Nicolas renfermant des iconoclastes uniques. 

La rue Waszkiewicza pour une promenade, le plaisir de voir des maisons typiques de la région.

* HORS DES SENTIERS :

Le salon de thé Wejmutka, www.wejmutka.pl, propose un large choix de thé dans un cadre feutré. La chatte des lieux, Bodzia, caline personnellement les visiteurs.

Rue Waszkiewicza, le restaurant Stoczek, www.stoczek1929.pl, et son cadre d’une pittoresque élégance propose une fine cuisine régionale. L’établissement propose aussi des chambres. L’artiste Mariusz Dydo y expose et vend ses bisons en porcelaine peints à la main, des pièces uniques, très beau souvenir à (s’)offrir.

* À LA CROISÉE DES CHEMINS :

La région est fière de sa diversité culturelle et religieuse. Chaque année, lors du dernier weekend de juillet, le festival Peretocze anime Bialowieza avec des concerts en plein air présentant les 9 cultures cohabitant dans la région.

Publié dans Coups de coeur, La Pologne vue d'ailleurs, Uncategorized | Laisser un commentaire

Le magazine Paris-Berlin fête son 10e anniversaire avec un numéro spécial consacré à la Pologne

Paris-Berlin nr100Le magazine franco-allemand Paris-Berlin sort aujourd’hui 1er juillet, son 100e numéro (juillet-août 2014) consacré à la Pologne sous le titre-question « France, Allemagne, Pologne : un ménage à trois ? ».

J’ai eu l’immense honneur et non moins grand bonheur de contribuer à ce magazine bilingue, binational, exceptionnel, à travers un article sur la forêt primaire de Bialowieza, la dernière en Europe. Un village aux confins est de la Pologne, au bout du bout de l’Union européenne, qui semble oublié des politiciens et des concepteurs d’infrastructure, mais pas des Polonais, fiers de la richesse de la faune et de la diversité de la flore et de tout ce que cette petite bourgade a à offrir à qui se donne la peine de venir jusqu’ici.

L’europophile et non moins très professionel journaliste Jakub Iwaniuk y signe deux articles sur l’histoire politique récente et les relations franco-polonaises. Quant au talentueux bloggeur, Pascal Malosse, il nous éclaire sur la fameuse « Francja Elegancja » et les « Allemands en Pologne ».

Découvrez le magazine Paris-Berlin : www.parisberlinmag.com/le-magazine

Si vous ne connaissez pas encore le blog de Pascal Malosse : Berlin-Warszawa Express, il n’est pas trop tard ! C’est ici : http://berlin-warszawa.blogspot.com

Publié dans Coups de coeur, La Pologne vue d'ailleurs, Uncategorized | Laisser un commentaire

Invitée à prolonger l’été à la radio polonaise…

Le mardi 3 septembre dernier, j’ai eu l’honneur et le plaisir d’être invitée par la radio publique polonaise (Polskie Radio) Czwórka à venir prolonger l’été avec le journaliste Krzysztof Grzybowski dans l’émission « 4 do 4 ».

Krzysztof Grzybowski s’intéressait à la Côte d’Azur (Lazurowe Wybrzeże) comme destination idéale pour partir en vacances à l’automne non loin de la Pologne  – et à raison. Nous avons parlé de Nice, d’Èze, de Saint Paul de Vence et d’Aix en Provence – il fallait malheureusement se limiter, sinon j’y serai encore ;-)

Emission en libre écoute (en polonais) sur http://www.polskieradio.pl/10/485/Artykul/923987,Francuski-sposob-na-to-zeby-odzyskac-wakacje-

Publié dans Coups de coeur | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ce mercredi 5 juin, Beata de Robien, écrivain, sera l’invité de Bonjour Polska!

LOGO_bonjourPolskaCe mercredi 5 juin à 10h, Beata de Robien sera mon invitée dans mon émission Bonjour Polska! Czyli spoktania po francusku. J’ai eu le plaisir d’enregistrer cette émission avec l’écrivain polonaise lors de sa dernière venue à Varsovie à l’occasion du Salon du livre de Varsovie au mois de mai.

Je puis donc déjà vous dire que nous avons passé un agréable moment radiophonique, lors duquel Beata nous a parlé de sa vie en Pologne puis en France depuis 1974, de son rapport à la langue française, et de son métier d’écrivain et surtout de son dernier livre, “Fugue Polonaise” (éd. Albin Michel, disponible en version papier et en version électronique).
Beata nous a apporté trois intermèdes musicaux (très) polonais. Vous nous en direz des nouvelles… ;-)

Fugue polonaise okladkaBeata de Robien a notamment écrit Le Nain du roi de Pologne (Karzeł króla jegomości),  Roman de la Pologne (Opowieść o Polsce) et une biographie de Eleanor Roosevelt (Les passions d’une présidente : Eleanor Roosevelt, également traduit en polonais : Eleanor Roosevelt : między namiętnością a polityką, Swiat Książki).

 

Je vous donne donc rendez-vous ce mercredi à 10h sur http://www.radiownet.pl

A consulter aussi :

* la page de l’ambassade de Pologne à Paris qui relate la rencontre avec l’auteur sur invitation de l’ambassadeur de Pologne, Tomasz Orłowski, fin mars 2013

* l’article de l’Association des Polonais Diplômés des Grandes Ecoles Françaises (APGEF)

Suivez l’émission sur la page de l’émission : http://www.radiownet.pl/#/etery/bonjour-polska-czyli-spotkania-po-francusku

Ou sur la page Facebook : https://www.facebook.com/bonjour.polska

Publié dans Bonjour Polska! | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Séminaire de l’association Les Polonaise de France, Polki we Francji: potencjał i motywacja

Affiche/programme du séminaire

Affiche/programme du séminaire

L’association Les Polonaises de France organise le 15 juin prochain à Toulouse (France) un séminaire intitulé “Polki we Francji: potencjał i motywacja” auquel j’ai l’honneur d’être invitée à participer en tant qu’intervenante, aux côtés de  Dagmara Dmitrzak, psychologue et coach, Lidka Mailliet-Woźniak, juriste, Grażyna Lorente, spécialiste du webmarketing et directrice du marketing StrefaPL.

le samedi 15 juin 2013 à Toulouse (France),
de 13h30 à 19h30, suivi d’un cocktail.
Participation gratuite.
(Télécharger l’affiche/programme du séminaire ici)

Mon intervention traitera d’une carrière dans un environnement multiculturel, franco-polonais, et de mon parcours en tant qu’immigrée en Pologne. Sans révélér le contenu de mon intervention, disons qu’en soit le fait d’être invitée à un séminaire organisé par une association de Polonaises en France qui se déroulera en polonais, est un beau symbole de mon intégration.

Pour tout renseignement et inscription, merci de vous adresser par email à lespolonaises@gmail.com – ou par téléphone +33 (0) 5 61 26 16 29.

Au plaisir de vous rencontrer, d’échanger et de partager à Toulouse ou ailleurs !

Publié dans Communauté : nous, vous, ils, Uncategorized | Marqué avec , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Le film Etrangers/Obcokrajowcy sur le site de financement participatif Ulule.fr

Comme suite à notre émission de ce matin avec le réalisateur français Loïc Gatteau, je vous rappelle le site Internet de Polafilms : www.polafilms.pl sur lequel se trouve la démo du film documentaire Etrangers/Obcokrajowcy, la présentation de l’équipe et du projet.

Sur http://fr.ulule.com/etrangers/ vous trouvez toutes les informations sur le financement participatif du projet et pouvez apporter votre contribution au projet.

Enfin si vous souhaitez en savoir plus sur le système de financement participatif, consultez l’article en français sur ce sujet sur www.echos.pl ou le portail polonais www.crowdfunding.pl.

Publié dans Bonjour Polska!, Communauté : nous, vous, ils | Laisser un commentaire

Loic Gatteau, réalisateur français installé à Varsovie, invité de Bonjour Polska! ce merc. 15/05 à 10h

Ce merc. 15 mai, à 10h dans Bonjour Polska! j’aurai le plaisir d’accueillir le réalisateur français installé à Varsovie depuis 6 ans, Loïc Gatteau. On y parlera de son parcours, de sa Pologne, lui qui, déformation professionnelle oblige, a un regard particulier, et de son projet de film documentaire – franco-polonais – dont je vous ai déjà parlé ici même ! Rendez-vous demain à 10h sur www.radiownet.pl pour le direct !

Publié dans Bonjour Polska! | Laisser un commentaire