Po świętach

Début mars déjà les grands génies de la publicité avaient adapté leurs messages aux fêtes à venir… 3 semaines plus tard. Oubliée la large gamme de soupes des producteurs d’instantanées, il n’y en a plus bien sûr que pour le traditionnel “żurek” ; Les chocolats n’ont jamais été aussi télégéniques ; Les magasins, jusqu’à la plus petite boutique, déjà revêtaient les couleurs jaunes
et vertes de circonstances… Tout a pris soudainement un accent pascal… Jusque dans les produits types médicaments facilitant la digestion – il est vrai que vu l’orgie qui nous attend, ils risquent de devenir, le temps d’un week-end, un produit de grande consommation.

Quelques jours après cette observation, j’appelle mon électricien qui doit finir de monter l’interphone de mon appartement depuis plusieurs semaines. Toujours débordé, il me répond immanquablement, « je vous rappelle la semaine prochaine ! ». Evidemment la semaine suivante, c’est à moi de le recontacter si je veux entendre le doux son de sa voix, sans cela il m’oublie.
Je reviens donc vers lui, armée de patience, car c’est un homme charmant, il a juste le défaut d’être compétent donc très demandé. Sur ce il troque son invariable réplique contre un « ouh la la, je ne pourrais pas venir avant les fêtes, je vous rappelle « po świętach » (après les fêtes de Pâques) ». Soit. Je n’ai d’autre choix que de prendre mon mal en patience en n’oubliant pas de signaler mes visiteurs de faire sonner mon téléphone quand ils sont devant ma porte afin que je leur ouvre…

Fin mars, je reçois un appel de mon opérateur téléphonique qui me propose une offre multimédia à laquelle justement je voulais souscrire. Ravie de ne pas avoir me déplacer, je règle toutes les questions par téléphone. Je recevrais le matériel et le contrat signer par coursier trois jours plus tard, le rendez-vous est pris.
Trois jours plus tard, pas de coursier. Je contacte alors mon opérateur et lui explique la situation, nous cherchons un créneau pour une nouvelle livraison mais mon interlocutrice me dit « ah ! maintenant je ne peux vous proposer qu’une livraison « po świętach ». Le 4 avril cela vous convient-il ? ».

Un peu étonnée par l’expression saisonnière, pour le moins incontournable, « po świętach », je prends quelques minutes pour me plonger dans l’univers traditionnel polonais et ce que j’avais oublié – force de se laisser prendre dans le rythme d’un quotidien surmené – m’apparaît soudain évident. Pour se consacrer à l’une des plus riches et plus belles traditions polonaises, empreinte d’une certaine piété et tout à la fois d’un joie profonde, il faut nécessairement se préparer spirituellement mais aussi consacrer du temps pour apprêter sa maison, qui recevra famille et amis, et sa table qui nourrira généreusement tant de convives.
Amis lecteurs, à mon tour de vous souhaiter, d’agréables préparatifs en famille et de très joyeuses fêtes de Pâques entourés de ceux que vous chérissez. Je vous donne rendez-vous « po świętach ».

Ce contenu a été publié dans Insolites/ clin d'oeil. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Po świętach

  1. Claude Bonard dit :

    Très bonnes fêtes à vous aussi chère Virginie !

    Pour l’interphone, chez nous, ça fait près de deux mois que nous sommes dans la même situation…… ce devait être après les fêtes…. de Noël 2012 !!!… mais l’électricien est si gentil….

    Ainsi va la vie !

    Bien cordialement !

    Claude Bonard

    • virginie dit :

      Bonsoir Claude, un grand merci pour vos bons voeux. Très belles fêtes de Pâques à vous, vous que vous soyez ;-) A bientôt!

Les commentaires sont fermés.